• ~ 205 ~

    ♫ Delain - Scandal! (Queen Cover) ♫

     

    Deux semaines plus tard,

    Les nouvelles de l’altercation entre les trois musiciens fit comme prévu, l’effet d’un coup de tonnerre dans la presse médiatique, réveillant ainsi tous les vautours de la presse people, et même la presse « sérieuse ».

    Amaranth, Gen X et Enzo étaient donc ce dont tout le monde parlait à l’heure actuelle et autant dire que c’était complètement invivable. Personne ne pouvait sortir de chez soi sans une escorte parce que certains journalistes venaient carrément camper devant chez eux pour leur poser des questions merdiques.

     

    ~ 205 ~

    Oooh, la couverture moisie! Voilà ce qui arrive quand on fait quelque chose à l'arrache >.< Gomen ! 

     

    Aujourd’hui, dans les locaux d’Universal, Sledge et Calypso avaient été convoqués par Mina pour discuter de la situation et surtout pour autre chose... mais il le saurait bien assez tôt. Elle espérait juste que ça se passerait correctement. Calypso était complètement dépitée et pour cause, elle recevait beaucoup de visite de journalistes chez elle à n’importe quelle heure de la journée.

     

    ~ 205 ~

     

    - J’en ai même trouvé un en train de fouiller dans mes putains de poubelles ! Même les chiens ne font pas ça, c’est juste pas possible de vivre comme ça ! C’est qu’une question de temps avant qu’il y en ait un qui tente de me cambrioler ou d’entrer chez moi par effraction ! Et ça pourquoi ? Pour de ragots de merde ! C’est la première fois qu’ils voient des connards - excuse-moi, Sledge, se bagarrer ! 

     

    ~ 205 ~

     

    - Quand vous avez signé le contrat on vous a prévenu que votre vie allait changer. Calypso, tu l’as même su avant, tu savais très bien comment a été la presse quand ta relation avec Köylen a été dévoilée suite à un simple baiser échangé dans un aéroport. Vous devez rentrer dans vos petites têtes que vous n’êtes plus des personnes lambda ! Vous êtes des personnalités PUBLIQUES ! C’est dégueulasse à dire, mais à partir du moment où vous avez signé ce contrat, vous avez accepté que votre vie privée soit scrutée, vous appartenez au domaine public. Ici, vous pouvez pas attaquer les Paparazzi pour atteinte à la vie privée, on est pas en France ! Vous pouvez plus faire certaines choses parce que vous avez une image globale à entretenir ! Vous faites désormais parti des artistes les plus en vogue, c’est normal que vous soyez scruté au peigne fin ! Maintenant assez parlé de ça. Calypso expira bruyamment et alla s’asseoir sur le sofa, contrariée.

    - Pourquoi on est là, en parlant de ça ?! Voulu savoir Sledge. Juste à ce moment-là, quelqu’un frappa à la porte.

    - Vous le saurez bien assez tôt. Je vous demande de garder votre calme. Dit Mina, sérieusement. Calypso suréleva un sourcil, curieuse et étrangement pas rassurée par la demande de leur manager.

     

    ~ 205 ~

     

    Quelques secondes plus tard, les visiteurs entrèrent dans le bureau.

    - Ah, vous voilà enfin. On vous attendait.

     

    ~ 205 ~

     

    - Bonjour Denn. Fit Calypso. - Qu’est-ce qu’il fout là, lui ?

     

    ~ 205 ~

     

    - Eh bien... On dirait que t’as laissé la politesse en Finlande, vu les saletés que j’ai vu sortir de ta bouche. Répondit Köylen, le regard froid.

    - Ferme, là. Merci ! Rétorqua la petite brune, irrité. Son frère en revanche se retenait de ne pas le tuer sur place. Il était complètement partant pour un deuxième round. Cette fois il ne s’en relèverait pas.

     

    ~ 205 ~

     

    - On se calme, là ! Faites un petit effort, quand même !! Bon sang, c’est pas vrai... 

    - Qu’est ce qu’on vient foutre ici, Denn ? J’ai des trucs à faire, j’ai pas de temps à perdre avec eux. Dit Köylen ennuyé.

     

    ~ 205 ~

     

    Alors que Mina allait répondre, des bruits de pas venant vers le bureau se firent entendre. Quand la personne fit enfin son entrée la pièce, les trois musiciens changèrent illico d’attitude, et pour cause...

     

    ~ 205 ~

     

    ... Stefän Hirvaski, leur boss ultime était là pour eux et cela n’annonçait sûrement rien de bon.

    - Messieurs, Mesdames... Les salua-t-il avec un faux air calme. - Je crois qu’on a beaucoup de choses à se dire et des décisions à prendre en ce qui concerne votre avenir dans cette maison de disque.

     

     

    ~ 205 ~