• ~ 119 ~

    ~ 119 ~

     

    Beaucoup plus tard dans la soirée, Sebastian attendait patiemment devant son ordinateur que sa petite amie se connecte sur Skype. Lui parler lui ferait le plus grand bien. Encore plus maintenant car depuis le départ précipité de Calypso, il avait passé (avec ses comparses) le reste du temps à calmer Köylen qui commençait à broyer du noir et à redevenir aigri. Ce dernier avait passé une bonne partie de la journée à les envoyer chier mais avait finit par s’apaiser avec la patience de ses amis.

    Le batteur avait été plus que surprit lorsqu’il avait vu de quelle manière Sledge s’était comporté avec sa petite sœur. Pendant sa discussion avec Köylen, il avait vu Caly préparer ses affaires en essayant tant bien que mal d’étouffer ses sanglots. Il était bien entendu au courant de sa fugue mais il pensait assez bien connaître Sledge pour être certain qu’une fois qu’il aurait discuté avec Köy, tout rentrerait dans l’ordre. Il avait vite remarqué qu’il s’était trompé sur toute la ligne et c’était avec une infinie tristesse qu’il avait prit l’adolescente dans ses bras en lui promettant qu’elle reviendrait ici très rapidement et que son stage continuerait avec certitude. 

     

    ~ 119 ~

     

    Il pensait bêtement qu’elle et son meilleur ami pourraient vivre leur histoire tranquillement et il trouvait cette situation totalement absurde. Il était complètement déçu du comportement de Sledge. Il comprenait tout à fait, lui aussi, le fait qu’il soit un frère hyper protecteur mais il ne fallait pas abuser non plus... Il fallait qu’il laisse Calypso gérer sa vie et prendre ses propres décisions, il ne pouvait pas la couver ainsi... C’était un vrai frère-poule.

    Sebastian essaya de rester optimiste sur l’avenir de cette querelle et espérait sincèrement que Sledge finirait par entendre raison et qu’il laisserait cette histoire continuer même si elle devait se terminer un jour. Il fallait penser à cette hypothèse même si cela le ferait chier mais c’était la vie, personne ne pouvait prévoir ce que cette histoire donnerait. Köy et Caly étaient assez grands pour mener leur vie comme ils l’entendaient et personne ne devait aller à l’encontre de ça. 

     

    ~ 119 ~

     

    Il fut sortit de ses pensées par l’appel de sa petite amie. Il se regarda rapidement dans le reflet de son miroir histoire de s’assurer qu’il n’avait pas des miettes de cookies au visage avant de se décider à répondre. 

    Cela était leur premier rendez-vous virtuel et Seb devait avouer que jamais il ne se serait imaginé entreprendre une relation à distance avec une femme... mais il s’était rendu compte que le fameux dicton « il ne faut jamais dire jamais » prenait tout son sens. Malgré ses doutes sur l’avenir de sa relation avec sa petite amie, il voulait tout de même continuer de croire que les kilomètres qui les séparaient n’auraient pas raison de leurs sentiments.

    Quand le visage souriant de Maya s’afficha sur son écran, le batteur l’imita instantanément, heureux de la revoir même si ce n’était pas en chair et en os. Il donnerait tout pour pouvoir l’avoir en face de lui en réalité... Il allait devoir se montrer un peu patient avant ça...

    Il remarqua immédiatement la nouvelle coupe de cheveux de la jeune femme et lui fit aussitôt savoir qu’il l’a trouvait encore plus jolie qu’avant. Elle avait éradiquée ses mèches rouges et s’était ajouté une frange qui mettait son visage en valeur. 

     

    ~ 119 ~

     

    Ils discutèrent un bon moment de tout et de rien. Ils apprenaient à se connaître davantage et riaient beaucoup. L’une des premières raisons pour laquelle Maya avait fait craquer le batteur Gen X était son entrain, sa bonne humeur et son côté un peu décalé. Elle était la réincarnation de la joie de vivre et n’importe quelle personne au plus bas ne pouvait qu’aller mieux en sa compagnie.

    Leur conversation était bien partie pour durer toute la nuit (il faisait jour chez Maya) et même si c’était un véritable plaisir pour Seb de parler et de voir sa copine, il n’était cependant pas sûr de pouvoir se contenter de la voir à travers un écran pendant de nombreux mois finalement. Surtout qu’il ne pourrait pas se connecter tous les soirs avec ses activités...

    - Maya, rejoins moi en Finlande et reste avec moi jusqu’à ce qu’on revienne aux Etats-Unis. Je me rends compte que je ne pourrais pas me contenter de te voir et te parler via un écran. J’ai besoin de plus.  J’ai besoin de savoir que tu es vraiment prêt de moi, je veux pouvoir te toucher quand je veux. Prends un billet d’avion tout de suite et rejoins-moi... Je t’en prie. La supplia-t-il presque.

     

    ~ 119 ~

     

    Maya paraissait tout à coup gênée. Elle avait déjà demandé à ses parents plus tôt dans la matinée si elle pouvait partir en Finlande pour quelques temps et ils s’étaient montrés assez réticents à cette idée du fait de sa santé. Elle avait essayé de les faire accepter en leur montrant de quelle manière elle se portait bien alors qu’elle vivait à Los Angeles mais voici ce que ses parents lui avaient répondu :

    - Si tu emmènes Kristina avec toi, alors on accepte. Elle  veille sur toi quand on n’est pas là et ça nous rassure de vous savoir toutes les deux !

    C’était le comble pour la jeune femme qui n’avait absolument pas envie de se trimbaler sa haineuse de sœur avec elle, surtout en sachant qu’elle avait des vues sur le copain de Calypso. Si elle partait avec sa grande sœur, elle était sûre qu’elle foutrait sa merde partout... et ça elle ne le voulait pas.

    Elle se retrouvait dans une impasse... Elle ne voulait pas expliquer ça à son petit ami car cela reviendrait à lui avouer qu’elle souffrait d’une maladie assez contraignante et elle voulait éviter. Elle avait toujours peur qu’il la rejette ou la prenne en pitié ! Il était très dur pour elle de lui donner une réponse. Elle était cependant très heureuse de constater qu’il la voulait prêt de lui et en même temps, elle était abattue de constater qu’il ne tiendrait pas éternellement loin d’elle... En clair il ne lui laissait pas vraiment le choix dans sa décision... 

     

    ~ 119 ~

     

    - Je ne peux pas venir maintenant Seb... Laisse-moi un tout petit peu de temps...

    - Tu m’as dit que le tournage de ta série avait été repoussé à plusieurs mois à cause d’une grève de scénaristes et que tu ne resterais que quelques jours chez tes parents. Au lieu de retourner à L.A, viens chez moi.

    - Tu sais très bien que si je pouvais venir là maintenant, je le ferais. J’ai juste deux-trois choses à régler avant de te rejoindre et j’ai besoin d’un peu de temps pour ça. Je te tiendrai au courant dès que tout sera prêt. 

     

    ~ 119 ~

     

    Lorsqu’elle vit la moue boudeuse de son blond préféré, elle se dit qu’elle ferait tout ce qui était en son pouvoir pour pouvoir faire entendre raison à ses parents de la laisser partir là bas toute seule. Autrement... elle s’y rendrait quand même, car elle ne voulait vraiment pas perdre son batteur. Elle se fichait des conséquences... 

     

     

    *

    *                 *

     

     

    ~ 119 ~

     

    Köylen pour sa part, discutait nonchalamment avec Korben avec pour fond sonore, les clips vidéo de MTV Pulse. Il était toujours aussi sombre depuis le départ de Caly et il ne savait pas quoi faire pour la récupérer.

    - Tu vas devoir devancer Sledge et parler de ta relation à Denn... Lui conseilla alors Korben.

    - Il risque de la virer s’il sait ça...

    - Arrêtes, tu sais très bien qu’il est bien trop content d’elle et de son travail pour la dégager juste parce qu’elle sort avec toi. Puis de toute façon, il sera au courant, puisque Sledge compte tout lui raconter ! Mais il serait mieux qu’il le sache par toi... 

     

    ~ 119 ~

     

    - Ça ne changera rien, je vais la perdre... Pourquoi je dois toujours perdre les personnes à qui je tiens le plus, tu peux me le dire ? Demanda alors le chanteur d’une voix triste. – Je suis si mauvais que je ne mérite pas d’avoir des parents et même une petite amie qui tient à moi ?

    - Dis pas d’conneries ! Pesta le guitariste en consolant son meilleur ami. – Tout ce que tu as à faire c’est prévenir Denn, lui raconter l’histoire de A à Z, ensuite tu lui demanderas d’aller voir les parents de Caly pour leur expliquer que t’es pas un sale type et que leur fille est en sécurité avec toi ! Je pense même que tu devrais te rendre chez eux avec lui, histoire qu’ils t’aient bien en face et que tu puisses leur prouver que tu es quelqu’un de bien. Puis franchement, j’ai eu l’occasion de discuter vite fait avec eux via Skype quand on était à Miami et ils sont super cools, et encore moins protecteurs que Sledge ! Après je me trompe peut-être mais c’est l’impression que j’ai eu...

    Köylen hésita un petit moment avant d’accepter.

    - Bon d’accord, j’en parlerai à Denn quand il viendra à la villa après demain.

     

    ~ 119 ~

     

    - Non, tu fais ça dès demain, on ne peut pas perdre de temps ! Demain à la première heure tu lui passes un coup de fil pour qu’il se ramène ici. Je ne pense pas que Sledge va attendre plusieurs jours avant de le contacter, il a l’air d’agir sur le moment en ce qui concerne sa sœur donc devances le. Korben semblait soudainement réfléchir avant de dire : - Nan mieux, pour avoir la certitude que tu le contacteras avant Sledge, tu vas lui laisser un message sur son répondeur tout de suite !

    - Mais il est trois heures du mat’ ‘Ben !

    - Bon, tu veux récupérer ta copine oui ou merde ?! Fit Korben irrité. S’il voulait mettre toutes les chances de son côté pour sauver son couple, il fallait qu’il fasse tout ce qui était en son pouvoir, quitte à emmerder leur manager à une heure tardive. – Puis avant tu faisais bien exprès de blinder sa messagerie à quatre heures du matin juste pour le faire chier non ?

    - Merci ‘Ben... Le remercia sincèrement le chanteur. – Je ne sais pas ce que je ferais sans vous tous... J’espère ne jamais vous perdre.

     

    ~ 119 ~

     

    - Héééé, dis pas d’conneries et arrêtes de te ramollir comme ça ! C’est pas le Köylen que je connais ça ! Celui que je connais il aurait déjà agit depuis belles lurettes alors beweg dein arsch* et fais ce qu’il faut pour ramener l’ordre dans ton couple ! Allez ! S’exclama le grand roux en poussant son ami vers la sortie de sa chambre.

     

    *bouge ton cul.