• ~ 135 ~

    ♫ Blur - Song 2 ♫

     

    ~ 135 ~

    ❋  ❋  ❋

    ~ 135 ~

     

    Le samedi soir arriva plutôt rapidement et cela faisait maintenant plusieurs heures que la fête avait commencée. Il y avait une très bonne ambiance dans l’ensemble et tout le monde semblait s’amuser.

     

    ~ 135 ~

     

    Wilhem avait invité toute la bande d’Amaranth ainsi que leur manager dont il venait de faire la connaissance et avec qui l’entente fut immédiate (en même temps, Wil avait beaucoup de facilitée pour se lier avec les gens...). Il y avait également sa meilleure amie Marie, sans qui il ne pouvait absolument pas faire une fête sans la convier. 

     

    ~ 135 ~

     

    Les dix étudiants s’amusaient comme des petits fous et allaient même jusqu’à faire des jeux complètement stupides mais si marrant : comme le fameux jeu de « la bouteille » où les deux personnes désignées devaient s’embrasser.

     

    ~ 135 ~

    ❋  ❋  ❋

    ~ 135 ~

     

    Wilhem avait eu beaucoup de chance dans la mesure où il avait été sélectionné à deux reprises et avait donc dû donner un baiser à Mina et Marie. Et apparemment, il embrassait très bien !  Cependant, au bout d’un moment, la bouteille désigna également Aleksi et Robyn, les deux jumeaux de la bande et leur réaction ne se fit pas attendre :

     

    ~ 135 ~

     

    - Nan mais ça va pas, j’vais pas rouler une galoche à mon frangin ! S’indigna Robyn en grimaçant 

    - Oh mais c’est pas grave, c’est comme si tu t’embrassais toi même en quelque part ! Rit Elios. – Puis c’est le jeu ma pauv’ lucette !

    - On le fait, mais ça reste entre nous, ok ?! Fit promettre Aleksi

    - Ce qui se passe en soirée, reste en soirée ! Promit Sledge, hilare.

     

    ~ 135 ~

     

    - Ça va pas ?? J’suis pas incestueux ! S’exclama son frère en reculant.

    - Mais je vais pas te rouler un patin Rob’ ! Ce sera un petit smack de rien du tout et c’est pas sérieux !!

    - T'es malade ou c'est comment ?!

    Le groupe entier éclata de rire devant l’air outré de Robyn et surtout sur la situation dans laquelle ils se trouvaient. Finalement, ce baiser n’eut pas lieu puisque lorsqu’Aleksi s’approcha pour le lui donner,  son jumeau décida de courir se réfugier dans les toilettes sous la crise de rire de toute la bande. 

     

     

    *

    *          *

     

     

    ~ 135 ~

     

    La soirée continua sans encombre majeurs... mais malgré que Wilhem s’amusait comme un petit fou, il n’avait pas arrêté de surveiller les agissements d’Helga et de Sledge. Tout au long de la soirée, la grande rousse n’avait pas cessé de le regarder et ce que le grand blond remarqua c’est que Sledge ne s’était rendu compte de rien et qu’il ne montrait aucuns signes (visibles du moins) d’un éventuel attrait pour elle. Il lui parlait normalement, comme il parlait à ses amis et ses regards tendres il les avaient réservés pour sa petite amie.

     

    ~ 135 ~

     

    Wil décida de lui en toucher deux mots, il fallait vraiment qu’il l’avertisse... Il l’appela alors depuis l’endroit où il se trouvait, à savoir la cuisine.

    - Sledge, tu peux venir deux secondes s’il te plaît ?

    - Ouaip, j’arrive ! Lui répondit-il tout souriant, comme la plupart du temps.

     

    ~ 135 ~

     

    - Avant tout, promets moi d’être sincère, je ne le répèterai à personne si tu réponds à ma question positivement. Il est important que tu me dises la vérité, car c’est quelque chose qu’il ne faut pas prendre à la légère.

    - Oulah... Tu me fais flipper, Wil !

    - Promets-moi d’être sincère ! Répéta le grand blond.

    - Ok Ok, je te le promet.

    - Bon... Est-ce qu’Helga te plaît ? Ou bien t’a-t-elle plu à un moment donné ? As-tu essayé de lui faire des avances ?

    - Non, jamais je ne lui ait fait d’avances, je n’ai jamais été attiré par elle non plus. Je sais que ça a été son cas pendant un moment mais elle semble avoir accepté que notre relation ne dépasse pas le stade de l’amitié donc ne t’en fais pas, tu peux lui demander de sortir avec toi sans souci.

     

    ~ 135 ~

     

    - HEIN ?! Wil manqua de s’étouffer à l’entente de la fin de la phrase de Sledge. – Je ne veux pas sortir avec elle, Sledge ! Ce n’est pas pour ça que t’ai posé cette question, c’est beaucoup plus grave que ça. J’ai parlé avec elle il y a quelques jours et elle est persuadée que tu es amoureux d’elle ! Apparemment, tu aurais eu des gestes qui lui feraient penser ça. Genre des regards, une façon de lui parler etc...

    - Elle débloque complètement !! S’exclama soudainement Sledge qui avait perdu son sourire pour prendre une expression beaucoup plus dure. – Je me comporte normalement avec elle... Comme je me comporte avec mes amis quoi. Ça ne va pas plus loin... !

     

    ~ 135 ~

     

    - As-tu déjà entendu parler d’Erotomanie ? Sledge fit non de la tête. Wilhem continua donc. – C’est une grave maladie mentale... Une personne affectée est dans un premier temps persuadé qu’une personne l’aime en secret et que cette personne lui fait des avances mais qu’elle n’ose pas avouer ses sentiments ou bien qu’elle fait tout pour les cacher. Ça peut paraître un peu léger dit comme ça mais il ne faut pas prendre cela à la rigolade, Sledge... Il existe trois phases dans ce délire : la première où la personne affectée va espérer que l’être aimé va lui déclarer ouvertement son amour et en général, c’est la phase la plus longue. Ensuite vient la deuxième phase où le malade devient dépressif, il s’isole et peut devenir agressif voir suicidaire. Et pour finir, la phase de rancune, la plus dangereuse, où l’agressivité se retourne sur l’être aimé et peut mener jusqu’au meurtre ! Je pense qu’Helga se trouve encore dans la première phase mais son état ne va pas tarder à empirer. J’en ai eu la preuve lors de ma discussion avec elle.

     

    ~ 135 ~

     

    Sledge était plutôt choqué par ce que venait de lui expliquer son ami. Jamais il n’aurait pensé qu’Helga pouvait être malade mentale. Timide, introvertie et très amoureuse de lui, ok. Mais pas malade mentale !

    - Euh... T’exagère pas un peu ? J’veux dire... C’est un peu gros quand même ! Helga ne ferait pas de mal à une mouche, elle est juste un peu fragile, timide et tout...

    - Si tu veux tout savoir, après la discussion que j’ai eu avec elle et son comportement que j’ai étudié de très près, je ne peux que maintenir cette idée. Pour tout te dire, quand je me suis rendu chez elle, elle était en compagnie d’un mec hyper louche et je sais pas ce qu’ils traficotaient mais elle a mit un sacré temps avant de m’ouvrir. Au début j’ai cru qu’ils faisaient des trucs intimes mais quand elle m’a dit cette phrase, je me suis demandé si elle ne manigancerait pas un truc avec cette face ce cul !

    - De quelle phrase tu parles ? C’est quoi cette histoire là ! Le frère de Caly était complètement perdu. – T’as pas abusé sur la bibine toi, par hasard ?

     

    ~ 135 ~

     

    - Je suis vraiment sérieux, Sledge. J’ai l’air bourré là ? Lui demanda-t-il d’un ton plutôt froid. Il était assez agacé qu’il ait du mal à le croire mais il s’attendait plus ou moins à ce genre de réaction. Il répéta alors ce que lui avait dit Helga mots pour mots lors de leur discussion. -... et puis elle à finit par dire « Attendre. Je ne peux faire que ça. Mais si ça tarde trop... Eh bien je ferai accélérer les choses ». Ecoute, je suis là pour te prévenir, mais je ne sais pas comment te conseiller face à son délire et pour te protéger. Tu pourrais couper les ponts avec elle mais ça ne ferait qu’empirer les choses. Je ne sais pas comment te sortir de là car si elle est vraiment malade, toi et Zupp’ vous êtes en danger. Elle pourrait aussi bien s’attaquer à elle qu’à toi et je ne veux pas ça.

    - Faudrait la faire soigner, je ne vois pas quoi faire d’autre, Wil. En ce qui concerne le fait que Zupp’ et moi pourrions être attaqué par elle, ne te fait pas de bile pour ça. Ce n’est pas elle qui va nous faire du mal avec ses bras tout frêles et sa force de mouche.

     

    ~ 135 ~

     

    - Qu’est ce qui te fait croire qu’elle vous attaquerait à mains nues ? Elle peut te droguer, t’empoisonner.... Puis tu oublies que dans notre pays, n’importe quelle personne majeure peut posséder une arme ?

    - Ouais mais faut au moins 2 ans d’entrainement avec une arme pour pouvoir bénéficier du permis. Hors, Helga à dix huit ans depuis pas très longtemps, alors à moins qu’elle ait magouillé avec un dealer, je vois pas comment elle pourrait en avoir. Et je ne la vois vraiment pas faire appel à un dealer pour ça. C’est vraiment trop gros. Rétorqua Sledge. Wilhem sembla alors réfléchir et dix secondes plus tard il s’exclama :

    - Hey mais ça concorde !!

    - Hein ?

    - Le mec zarb’ qui était dans son appart’, il avait une sale tronche de dépravé, ça m’étonnerait pas que ça soit un dealeur, vendeur d’arme et autres trucs illégaux ! 

     

    ~ 135 ~

     

    Sledge rit nerveusement.

    - Bon écoutes, merci de m’avoir mit en garde face à Helga, je serai plus vigilent à présent mais franchement, ça va un peu trop loin tout ça. Si jamais elle tente quoi que ce soit, je saurai maîtriser la situation, ne t’en fais pas. Je lui ferai passer l’envie de me faire chier. Le rassura-t-il en lui tapotant amicalement l’épaule. – En attendant, tout semble aller pour le mieux, c’est l’important non ?

    - Pas vraiment... Je n’aimerai pas qu’il t’arrive malheur à toi ou à n’importe qui de tes proches alors qu’on aurait pu éviter ça, est-ce que tu comprends ?

    - Bien sûr... Mais ne te fais pas de bile comme ça. Puis bon, on se verra moins étant donné qu’elle a terminé son stage, ça l’aidera peut-être à passer à autre chose.

    - Tu sais, quand ma sœur m’a dit qu’Helga pouvait avoir un comportement spécial, j’étais exactement comme toi, je ne l’ai pas cru... Mais une fois l’avoir mieux observée et surtout après ce que j’ai entendu de sa part, j’ai comprit. J’espère qu’il ne sera pas trop tard quand tu te rendras vraiment compte qu’elle a un problème dans sa tête. Essayes de repenser à ce que tu as vécu avec elle depuis que vous vous connaissez et essayes de faire la relation avec ce que je t’ai expliqué sur l’Erotomanie. Lui conseilla une dernière fois le grand blond avant d’ouvrir la porte de la pièce. – On ferait mieux de les rejoindre, ils vont se poser des questions... On reparlera de ça plus tard. 

     

     

    *

     

    *                     *

     

    ♫ Eisblume - Eisblumen ( Instrumental ) ♫

     

    ~ 135 ~

     

    La soirée s’était terminée aux alentours six heures du matin et tout le monde était resté dormir chez le frère de Tea. Ils dormaient à même le sol. Sledge se réveilla le premier avec sa petite amie dans ses bras. Il regarda l’heure et constata qu’il était presqu’une heure de l’après-midi. Le grand châtain se leva donc avec précaution, de peur de réveiller Zupp et les autres puis se dirigea vers la salle de bain sur la pointe des pieds. 

     

    ~ 135 ~

     

    Là, il se déshabilla et prit une douche avec de l’eau très chaude, presque brulante. Cela lui permettrait de se réveiller une bonne fois pour toute. Il se mit à penser à sa discussion avec Wil quelques heures plus tôt et il avait vraiment du mal à imaginer Helga malade mentale. Beaucoup de personnes tombant amoureuse d’un individu interprétaient les gestes envers eux comme des messages d’amour sans que ce n’en soit mais la plupart du temps, cela finissait par passer et ces personnes passaient à autre chose.

     

    ~ 135 ~

     

    Sledge soupira de lassitude et piqua un peu de gel douche à son hôte pour se savonner. Alors qu’il savonnait son visage, il sentit une présence derrière lui et deux mains se poser sur ses pectoraux. Ayant du gel sur le visage, il avait gardé les yeux fermés de peur que le produit ne lui pique les yeux mais il fut agréablement surprit d’être rejoint par celle qu’il croyait être sa petite amie étant donné qu’elle avait souvent l’habitude de faire cela lorsqu’il dormait chez elle. Ces mains se faisaient de plus en plus baladeuse et cela ne semblait absolument pas gêner le guitariste Amaranth...

     

    ~ 135 ~

     

    Au même moment dans le salon de Wil, Zupp émergea lentement de son sommeil et remarqua rapidement qu’elle ne se trouvait plus dans les bras réconfortants de son petit ami. Elle se releva lentement et regarda rapidement qui dormait toujours. Elle remarqua alors qu’il manquait également Helga. Elle se dit qu’elle avait simplement dû partir avant tout le monde... Et ce n’était pas plus mal ! 

     

    ~ 135 ~

     

    Elle se leva donc silencieusement et se dirigea en direction de la salle de bain. Elle entendait l’eau de la douche donc Sledge devait sûrement y être. Elle entrouvrit alors la porte lentement et elle manqua de s’évanouir quand elle vit que son petit ami se faisait peloter par sa pire ennemie. 

    Elle ne savait pas quoi faire, entre quitter la pièce immédiatement pour courir le plus loin possible de cet horrible spectacle ou bien carrément aller les taper. Elle resta là, figée, n’en croyant pas ses yeux, tous ses muscles semblaient raides et ses joues étaient déjà inondées de larmes.

     

    ~ 135 ~

     

    Elle s’avança rapidement vers la cabine de douche et frappa contre la vitre pour leur faire remarquer sa présence. Elle vit alors les yeux de Sledge s’ouvrir et se poser sur elle. Immédiatement, la frayeur se dessina sur son visage. Elle le vit se retourner vers Helga qui semblait très heureuse de son coup, et à la plus grande surprise de Zupprika, il repoussa violement la rousse. Il l’avait poussée avec tellement de force qu’elle était tombée.

     

    ~ 135 ~

     

    - PUTAIN, C’EST QUOI CE BORDEL ?! QU’EST-CE QUE TU FOUS LA !! Hurla Sledge en récupérant une serviette au plus vite. – Zupp, ma chérie, ce n’est pas du tout ce que tu crois, je pensais que c’était toi qui étais là ! Crois moi je t’en prie...

     

    ~ 135 ~

     

    Il essaya de faire un pas vers elle mais elle le repoussa vivement.

    - Laisse-moi ! Dit-elle en continuant de pleurer 

    - Pourquoi tu mens, Sledge ? Dis-lui la vérité. Elle a le droit de savoir que c’est avec moi que tu veux être depuis un bon bout de temps. C’est le moment de mettre les choses à plat, tu ne crois pas ?!

    - Toi, fermes là ! Me gonfle pas plus longtemps !! T’es qu’une salle folle ! Comment t’as pu faire ça !  

     

    ~ 135 ~

     

    - C’est ce que tu voulais, tu ne m’as pas empêché de te toucher, tu m’as d’ailleurs dit de continuer ! Se défendit la grande rousse.

    - JE PENSAIS QUE T’ETAIS ZUPP !

    - Regardes la vérité en face, tout au long de la soirée tu m’as fait comprendre que tu avais envie de moi ! Assumes tes actes et tes sentiments ! N’aies pas peur d’elle ! Une fois le choc passé, elle refera sa vie !

    - FERME TA GUEULE, JE TE DIS !

     

    ~ 135 ~

     

    Ils avaient réveillé tout le monde et Wil se précipita dans sa salle de bain avec une inquiétude grandissante. Et en effet, lorsqu’il remarqua dans quel état les trois jeunes adultes étaient, il se dit qu’Helga venait de créer une sacrée pagaille. 

     

    ~ 135 ~

     

    Il se précipita vers Sledge qui était rouge de colère et qui était à deux doigts de mettre une gifle, voir même un coup de poing à cette dernière.

    - Oh !! Il se passe quoi, là ? Demanda-t-il tout de même, même s’il avait une petite idée en découvrant que Sledge et Helga étaient dévêtus et que Zupp’ était en larmes. – Sledge calme-toi, t’es malade ou quoi ?! Tu sais très bien que ça ne sert à rien ! Calme-toi !

    - CETTE PÉTASSE EST VENU FOUTRE SA MERDE DANS MA VIE ! S’époumona-t-il. – JE VAIS LA DÉTRUIRE, JE TE LE JURE !!!!

    Zupprika sortit de la pièce en courant, ne pouvant réprimer un sanglot. Wil n’eut malheureusement pas le temps de la retenir. 

    - Zupp’, attends !! S’exclama Sledge la poursuivant. – Zupp !! Continua-t-il. 

     

    ~ 135 ~

     

    Avant de disparaitre de la salle de bain, il se retourna vers Helga et lui dit avec un ton des plus durs et des plus glacials:

    – Je ne veux plus jamais te voir, t’entends ?! Plus jamais ! DISPARAIS DE MA VIE !! Espèce de sale conne ! 

     

    ~ 135 ~

     

    - Mais qu’est ce qui t’as prit ?!! S’exclama Wilhem en enveloppant la grande rousse d’une serviette.

    - Il m’a repoussé parce qu’il a été surprit par Zupprika, autrement il était bien dans mes bras ! Il m’a fait des avances masquées pendant la soirée aussi ! Il n’assume toujours pas ses sentiments envers moi!! Elle pleurait elle aussi.

    - Il savait que c’était toi au moins ?! Il t’a regardé ? Demanda alors le grand blond.

    - Il était de dos... Et ses yeux étaient fermés vu qu’il avait du savon au visage mais il savait que c’était moi, il m’attendait, il me l’a dit ! 

     

    ~ 135 ~

     

    Wilhem la fit s’assoir sur le bord de sa baignoire et essaya de lui parler le plus clairement possible. Il savait que ce qu’il allait dire avait de grande chance de ne servir à rien car les érotomanes prenaient leur rêve pour une réalité et restaient buttés dans cette idée d’être aimé mais il voulait tout de même essayer de lui faire entendre raison.

    - Ecoutes, Helga... Sledge n’est pas amoureux de toi. Il ne t’a pas fait d’avances non plus pendant cette soirée... Pour être franc, je l’ai observé durant toute la soirée et excuses moi mais il se comportait tout à fait normalement avec toi. C’est Zupp qu’il aime et ce que tu viens de faire là, c’est n’importe quoi. Il pensait tout bêtement que c’était sa petite amie et non toi qui se trouvait derrière lui. Tu te rends compte que t’as peut-être brisé leur couple, là ? 

    - Je sais ce que j’ai vu Wilhem et tu ne me feras pas croire le contraire ! Il n’ose tout simplement pas la quitter pour je ne sais quelle raison ! Il ne se rend même pas compte à quel point je souffre ! Elle éclata en sanglot. – Je ne le supporterai pas longtemps!

    - Allez calmes toi... On va trouver une solution au problème... Wilhem essaya de la consoler mais il commençait sincèrement à flipper. Helga était à deux doigts d’arriver à la deuxième phase de son délire et il fallait à tout prix qu’il trouve de l’aide. Il allait devoir parler avec sa sœur au plus vite. Il fallait éloigner Helga de Sledge tout en évitant qu’elle se retrouve seule à déprimer.